1
Go to Top

Courir pour être plus performant au bureau?

courseUne fois n’est pas coutume, Juris Concept ne vous parle pas de technologie dans cet article, mais vous propose en cette fin d’été une chronique sportive. Parce que nous sommes convaincus de ses effets bénéfiques sur le travail dans un bureau, particulièrement dans des situations de stress telles qu’elles peuvent être vécues dans des services juridiques ou des cabinets d’avocats.

Pourquoi courir?

Parce que c’est non seulement bon pour la santé, mais aussi pour la performance et la motivation au travail. Lorsque l’on demande aux avocats pourquoi ils courent, on se rend compte que ce sport a un impact plus que positif sur leur vie professionnelle*.

  • « Si je ne courais pas, je serai déprimé et fou. La course me permet de garder le cap, me donne du temps pour être seul et aère ma tête. J’aime le côté conditionnement physique de la course, mais il est secondaire. »
  • « Courir me permet de relaxer et me recentre, ce qui me permet de résoudre les cas avec une approche plus neutre. »
  • « Courir m’aide à canaliser mon énergie. Tout y est juste et vrai, c’est moi qui décide où mes pas se rendent. C’est un moment qui n’appartient qu’à moi ; je peux réfléchir à des situations problématiques avec recul. »

Si commencer à courir est une idée qui trotte dans votre tête, quelle est votre motivation à le faire? « Mincir », « se tenir en forme », « équilibrer son attitude au travail », « dépenser son excédent d’énergie », « courir pour quelqu’un », « participer à une compétition », « se dépasser »? Toutes les raisons sont bonnes… Quelle est la vôtre? Vous comprendrez pourquoi nous vous posons cette question, dans la dernière phrase de notre article.

Non, il n’est jamais trop tard.

Quel que soit votre âge ou votre condition, vous pouvez commencer à courir. Fumeur, bon mangeur, déjà en forme… la course accueille tout le monde, sans discrimination. Il suffit d’avoir les bonnes chaussures. Adaptez votre entraînement à votre forme et à vos habitudes de vie, restez à l’écoute de votre corps, chaussez vos souliers de course, et commencez. Il n’est jamais trop tard pour intégrer de nouvelles saines habitudes dans votre quotidien.

Nos conseils si vous démarrez.

Écoutez les sages : ceux qui courent depuis longtemps et sont conscients de la technique progressive qui est nécessaire à une évolution saine dans votre « carrière » de coureur, tout en gardant en tête qu’il y a autant de façons de courir que de coureurs… ou presque.

  • Soyez très progressif, surtout si vous n’avez jamais couru. Pour respecter votre cœur et faire des progrès, suivez un programme alternant dans les premières semaines la course et la marche, et augmentez le ratio de course au fur et à mesure que vous vous sentirez plus à l’aise. Énormément de blogs et de magasines existent sur le sujet… lisez-les avant de vous lancer!
  • Écoutez votre corps. Attention, si vous ressentez des douleurs aux articulations, soyez-y attentif, et ne forcez pas dessus.
  • Écoutez votre cœur. Ne perdez pas de vue que dans un sport cardiovasculaire comme la course, votre cœur est un muscle à écouter attentivement. Là encore, lisez sur le sujet pour travailler en cardio comme il se doit. Petite astuce : pendant votre course, vous devriez pouvoir parler sans essoufflement exagéré. C’est un bon indice que le rythme est bien pour votre cœur.

Le dernier conseil : CONTINUEZ. CONTINUEZ. CONTINUEZ.

La course n’est jamais pareille. Un jour vous aurez l’impression de pouvoir courir des kilomètres, d’avaler chaque pas avec grâce et légèreté… et le lendemain, le même parcours vous semblera d’une difficulté inimaginable, vous jambes vous sembleront en fonte, chaque mètre sera un effort surhumain. Dans ces moments là, continuez. N’arrêtez pas.

La course est faite de moments d’extase et de liberté, mais aussi de défis où vous lutterez contre votre propre motivation. Dans tous les moments, continuez. Continuez encore. Gagnez les batailles que la course vous proposera, et ses effets en seront encore plus grands.

Que ce soit dit : vous aurez parfois envie de baisser les bras. Dans ces moments là, souvenez-vous de la raison qui vous a poussé à commencer à courir. Et sortez courir pour elle.

 

*ces commentaires sont des traductions adaptées d’un article du blog attorney at Work.