1
Go to Top

Aucun droit à l’erreur!

Digital lettersMalgré une grande maîtrise de la langue écrite et une rigueur implacable, personne n’est à l’abri d’être inconsciemment déjoué par ses propres sens.

L’intelligibilité et la lisibilité des documents dans le domaine juridique est la clef de la bonne communication entre les intervenants d’un dossier. De plus, il n’existe aucune tolérance pour les erreurs grammaticales et fautes syntaxiques. La qualité de vos écrits reste le reflet de votre professionnalisme et a un impact direct sur la clarté de ce que vous voulez exprimer et votre réputation. Avec la réforme du Code de la procédure civile, il deviendra encore plus important de s’assurer d’utiliser le bon lexique dans vos documents.

Pour s’assurer de ne rien négliger quant à la perfection de vos écrits, la révision exhaustive devient un mal nécessaire et chronophage.  Heureusement, l’intégration d’outils de correction grammaticale instantanée dans vos logiciels de gestion et de rédaction vous soulage d’une partie de cette tâche. Cependant, la technologie, même si évolutive, n’est pas infaillible.

Saviez-vous que, pour son auteur, le principal obstacle à une révision finale d’un document restera son propre cerveau ?

En effet, maîtrisant le sens qu’il voulait donner à ses phrases à l’origine, l’auteur devient inconsciemment aveuglé et biaisé par une trop grande « proximité » avec son texte. Ainsi, lors d’une révision, son cerveau fera fi de plusieurs erreurs grammaticales, syntaxiques ou lexicales. Trop de familiarité avec son propos fera en sorte que l’auteur passera outre ces erreurs, les mêmes qui seront visibles du premier coup d’œil pour autrui.

Prendre ses distances avec soi-même.

Il existe une multitude de méthodes de révision qui peuvent aider à se déjouer soi-même pour débusquer les erreurs qui survivent aux correcteurs automatiques. L’objectif devient la prise de distance avec ses propres écrits. Voici quelques méthodes classiques utilisés :

  • Faire réviser notre document par un tiers ;
  • Lire les phrases à voix haute ;
  • Les lire très, TRÈS lentement ;
  • Imprimer le document sur papier pour une révision alternative à l’écran d’ordinateur qui peut accentuer la propension de nos sens à nous déjouer ;
  • Mettre le document de côté le temps de l’oublier pour le réviser plus tard.

Dans le feu de l’action et avec des délais serrés, ces méthodes peuvent paraître irréalistes.  Cependant une méthode simple peut donner un résultat similaire et instantané.

Il s’agit simplement de faire une relecture inversée de notre phrase!

En relisant les mots qui la composent de droite vers la gauche, votre cerveau, n’étant plus capable de reconstruire le sens que vous vouliez donner à la phrase se trouve dans l’obligation d’isoler chacun des mots dans sa révision, déjoué et jouissant d’une nouvelle perspective sur vos écrits.

Des outils de rédaction automatisée

Nous avons rapidement apprivoisé les correcteurs automatiques dans nos logiciels à un point tel que souvent nous oublions qu’ils existent. En 2015, il deviendrait presque tragédie de s’en départir. Bien entendu, ces solutions sont génériques et ne sont pas nécessairement adaptées à votre réalité. C’est pourquoi la fonction DICTIONNAIRE de la Collaboratrice Virtuelle existe. Dans JurisDocument, la fonction novatrice du dictionnaire vous aide à accorder tous les verbes et adjectifs de votre texte avec le nom de la personne souhaitée éliminant les erreurs dans le statut de votre client ou dans l’accord de vos adjectifs. Féminin, singulier, masculin, pluriel… Vous n’aurez plus jamais à créer quatre modèles pour une seule et même lettre! Le genre et le nombre s’accordent automatiquement avec le mot que vous désirez modifier. Rien de plus simple pour un affidavit ou une convention d’honoraires, le «je, soussigné» s’accordera maintenant avec le nom de la personne que vous sélectionnez.

Ce sont toutes des clefs pour vous aider à accorder « vite » et « bien » dans votre quotidien.

, , , , ,